Urgences – SOS Mains

 

Le SOS MAINS de l’Institut Français de Chirurgie de la Main

En cas de plaies, traumatismes, fractures, infections …

si vous souhaitez consulter en urgence, prenez rendez vous au 01 53 65 53 53.

Des consultations spécialisées sont ouvertes du lundi au vendredi de 9h à 19h permettant d’effectuer un diagnostic, un bilan radiologique, des pansements, une attelle, ou si besoin une intervention chirurgicale.

La nuit et les weekends, vous serez directement mis en relation avec un chirurgien spécialisé pour votre prise en charge par téléphone au 01 53 65 53 53.

La FESUM et les centres urgences-mains

Logo FESUMLa F.E.S.U.M. a pour objet d’assurer la meilleure qualité possible de soins aux blessés de la main grâce à la coordination des services membres de la Fédération Européenne des Services d’urgence de la Main ainsi que par le développement et la mise en commun des moyens d’enseignement et de recherche dans le cadre de la traumatologie de la main et des applications de la microchirurgie.

Enfin, elle encourage de manière générale toute initiative de nature à favoriser la protection physique et sociale de travailleurs manuels par une action d’information dans les entreprises et collectivités publiques ou privées. Elle est membre affilié de la Fédération des Sociétés Européennes de Chirurgie de la main.

  1. Les gestes d'urgence

    Que faire en cas de plaie franche ?

    D’abord laver la plaie sous le robinet d’eau puis savonner au savon liquide les deux mains. Mettre un pansement (ou à défaut une serviette propre) et garder la main en l’air. Prendre contact par téléphone au 01 53 65 53 53.

    Que faire en cas de brûlure ?

    Pour une brûlure chimique ou thermique, mettre sous l’eau courante 15 mn.
    Ne pas mettre de produit sur la brulure : pas de marc de café, dentifrice, ou autre.
    Mettre un pansement (ou à défaut une serviette propre) et garder la main en l’air.
    Prendre contact avec le  » 15  » si la surface corporelle brulée est importante ou directement par téléphone s’il s’agit de la main au 01 53 65 53 53.

    Que faire en cas d’amputation complète ?

    NE JAMAIS METTRE LES FRAGMENTS SECTIONNES DIRECTEMENT EN CONTACT AVEC LA GLACE.

    Suivre scrupuleusement les conseils ci-dessous :

    1 – Rassembler tous les fragments sectionnés dans une compresse et les placer dans un sac en plastique étanche (sac de congelation).
    2 – Fermer le sac et le poser dans une boite contenant de la glace. Le sac fermé doit flotter sur l’eau glacée comme une bouée.
    3 – Envelopper l’extrémité amputée dans un pansement compressif. Surélever la main. Ne pas poser de garrot.
    4 – Ne jamais jeter un fragment qui paraît détruit. Le chirurgien peut utiliser certains composants qui sont intacts.

    Que faire en cas d’amputation incomplète ?

    Envelopper la partie blessée dans un pansement compressif.
    Poser un sac plastique étanche contenant de l’eau et de la glace autour de la main.
    Soulager la main en l’immobilisant sur une attelle.
    Contacter le service d’urgence le plus rapidement possible par téléphone au 01 53 65 53 53.

    Que faire en cas de très probable fracture ?

    Immobiliser la main ou le segment fracturé sur un support rigide : attelle, carton, abaisse langue.
    Mettre un tour de bande peu serrée.
    Garder la main ou le membre supérieur en position surélevée.
    Faire rapidement une radiographie ou prendre contact par téléphone au 01 53 65 53 53.

    Que faire après une morsure ?

    D’abord laver la plaie sous le robinet d’eau puis savonner au savon liquide les deux mains. Mettre un pansement (ou à défaut une serviette propre) et garder la main en l’air. Prendre contact par téléphone au 01 53 65 53 53.

    S’il s’agit d’un animal domestiques essayer d’identifier ou de connaître les origines de l’animal pour vérifier avec le Centre Pasteur les vaccinations adéquates

    Que faire -ou ne pas faire- particulièrement chez le jeune enfant ?

    Ne pas lui donner à boire ou a manger.

    D’abord laver la plaie sous le robinet d’eau puis savonner au savon liquide les deux mains. Mettre un pansement (ou à défaut une serviette propre) et garder la main en l’air. Prendre contact par téléphone au 01 53 65 53 53.
    S’il souffre beaucoup lui administrer un suppositoire type Doliprane® mais pas d’aspirine.

  2. Soins & Pansements

    Comment réaliser un pansement ?

    La réalisation personnelle d’un pansement est facilement accessible mais elle nécessite un apprentissage et le respect de consignes et c’est le but de cette rubrique explicative.

    Un pansement est un acte para-médical qui doit être effectué dans des conditions normées. C’est un soin propre mais non stérile. Au moindre doute (aspect de la plaie à l’ouverture du pansement, douleur, rougeur, etc…) le patient doit consulter son médecin traitant ou son chirurgien s’il s’agit d’un pansement post-opératoire. Une plaie peut parfois évoluer vers une infection ou une surinfection locale ou vers une cicatrisation inadaptée. C’est alors au chirurgien de prendre la décision  d’un geste chirurgical de reprise.

    Les conditions à respecter lors de la réalisation du pansement sont les suivantes :

    • se laver les mains et les décontaminer avec un antiseptique liquide ou en gel ,
    • préserver la stérilité du dispositif utilisé avant de l’appliquer sur la zone à traiter en évitant le contact direct,
    • nettoyer,  désinfecter, rincer et sécher la surface à traiter avant d’appliquer le dispositif
    • respecter les consignes écrites du fabriquant et du médecin traitant sur le type du pansement et la fréquence du changement du pansement.

    Quel pansement pour quelle type de plaie ?

    En pratique cela réclame l’expérience d’un bon clinicien ; en dehors des « égratignures » et des plaies simples non infectées, le choix du type de pansement adéquat suppose une analyse préalable du type de plaie a traiter. L’ utilisation en particulier des nouveaux types de pansements spécifiques ne doit pas être faite au hasard ; elle réclame des conseils et en pratique une ordonnance détaillée pour l’achat des produits d’une part mais surtout pour leur mise en place.

    Effets indésirables des pansements :

    • Le patient peut être allergique à l’un des composants du pansement : film plastique, gel, adhésif.
    • un pansement trop adhésif ou desséché peut être douloureux à l’ablation.
    • un pansement trop occlusif entraîne des risques de macération, ce qui favorise les infections.

    Après le pansement…quand la plaie est guérie, il reste la cicatrice :

    Lorsque la plaie est cicatrisée, les éventuels fils de sutures sont ôtés vers le 15e jour. Un pansement sec ou étanche peut être laissé en place 24 ou 48heures puis plus RIEN. Un pansement n’est pas une protection et il faut libérer les zones blessées en particulier si elles sont mobiles de toute contrainte afin de récupérer la motricité et la sensibilité.

    La cicatrice va évoluer dans les 6 mois qui suivent. Il faut surveiller l’apparition d’une rétraction  ou d’une cicatrice hypertrophique ou chéloïde qui pourront être traitées. Il faut masser la cicatrice quotidiennement et conserver une hydratation suffisante en particulier en période hivernale ; l’usage de pommade hydratante banale est conseillé (Biafine®, Nivea main®, Neutrogéna®, Biomain® etc…). Pendant la première année l’exposition au soleil de la cicatrice est déconseillée et une protection locale ou par une crème écran totale (indice sup. à 50) est utile.

    Aucun pansement de la main n’est identique et il faut choisir le type approprié. Au fur et à mesure le type de pansement et les produits utilisés peuvent être modifiés s’il s’agit d’une cicatrisation dirigée. Il s’agit donc d’un acte qui peut être délégué mais qui doit alors être expliqué et même enseigné pour respecter les consignes d’hygiène et la chronologie de la réalisation du soin.